Enseignement, liberté et démocratie

Sylvie Kwaschin
Enseignement-enfance.

La thèse d’Albert Bastenier sur la liberté de l’enseignement implique trois questions  : celle des rapports entre société civile et État, celle du rôle des convictions dans une démocratie et celle des rapports entre rationalité des savoirs et convictions. Les réponses qui y sont données sont discutables. Par contraste, une argumentation différente amène à plaider pour un approfondissement de la conception de l’État démocratique, à distinguer entre valeurs et normes et à lier savoirs et jugement dans une rationalité pratique élargie. Cette triple remise en question conduit à soutenir la perspective d’un réseau pluraliste. Ce pluralisme s’entend tant dans le chef des élèves et des enseignants que pour la composition des pouvoirs organisateurs. Il s’agit de réaliser les conditions d’apprentissage d’une action intentionnelle et coopérative dans les différents domaines de la société.