logo
Lancer la vidéo

Enseignement, il faut rééquilibrer les priorités en FWB

ABO Numéro 8 – 2018

En Belgique francophone, l’enseignement supérieur connait un définancement depuis 1997, alors que l’enseignement obligatoire a fait l’objet d’une série d’investissements sur la même période. Malgré la « priorité budgétaire exclusive » donné à l’enseignement obligatoire, il reste peu « performant » en comparaison avec d’autres pays voisins. Comment décoder les arbitrages budgétaires en matière d’enseignement ? Surtout quelles seraient les pistes d’une politique budgétaire plus rationnelle ?

L’enseignement absorbe près de 75% du budget total de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Comme pour tout budget, des choix sont opérés, qui reflètent, de facto, des priorités politiques. Va-t-on privilégier un niveau particulier d’enseignement (primaire, secondaire ou supérieur) ou va-t-on veiller au développement équilibré de ces trois niveaux ? Optera-t-on pour des taux d’encadrement « généreux » (beaucoup d’enseignants pour un nombre d’élèves donné), quitte à payer moins bien les enseignants ou préfère-t-on des enseignants mieux payés, quitte à rogner un peu...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium