logo
Lancer la vidéo

Du bien-être au marché du malaise. La société du développement personnel, de Nicolas Marquis

ABO Mars 2017 - par Geneviève Warland -

Qu’est-ce qui explique le succès des livres de développement personnel (DP) ? Qu’indique ce succès sur la société actuelle ? Telles sont les deux questions au cœur de cet ouvrage [2] issu d’une thèse de doctorat en sociologie soutenue en 2012 à l’université Saint-Louis de Bruxelles, et récompensé par le prix Le Monde de la recherche universitaire. Le point central de la recherche concerne le lecteur, autrement dit l’analyse menée par Nicolas Marquis vise à dégager l’impact réel de la lecture de ce type de livres.

L’auteur se base, d’une part, sur cinquante-cinq entretiens compréhensifs réalisés avec des lecteurs de DP, recrutés à l’aide de petites annonces placées dans quatre grandes librairies en Belgique francophone et, d’autre part, sur un corpus de deux-cent-nonante-cinq lettres et courriels adressés à trois auteurs à succès : Boris Cyrulnik, Thomas d’Ansembourg et Thierry Janssen. Afin de cerner la teneur générale des courriers reçus par ces auteurs, Nicolas Marquis a également réalisé un entretien avec chacun d’eux. Le matériau empirique reprenant les propos...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Geneviève Warland


Auteur

Geneviève Warland est historienne, philosophe et philologue de formation, une combinaison un peu insolite mais porteuse quand on veut introduire des concepts en histoire et réfléchir à la manière de l’écrire. De 1991 à 2003, elle a enseigné en Allemagne sous des statuts divers, principalement à l’université : Aix-la-Chapelle, Brême, et aussi, par la suite, Francfort/Main et Paderborn. Cette vie un peu aventurière l’a tout de même ramenée en Belgique où elle a travaillé comme assistante en philosophie à l’USL-B et y a soutenu en 2011 une thèse intégrant une approche historique et une approche philosophique sur les usages publics de l’histoire dans la construction des identités nationales et européennes aux tournants des XXè et XXIè siècles.
Depuis 2012, elle est professeure invitée à l’UCLouvain pour différents enseignements en relation avec ses domaines de spécialisation : historiographie, communication scientifique et épistémologie de l’histoire, médiation culturelle des savoirs en histoire. De 2014 à 2018, elle a participé à un projet de recherche Brain.be, à la fois interdisciplinaire et interuniversitaire, sur Reconnaissance et ressentiment : expériences et mémoires de la Grande Guerre en Belgique coordonné par Laurence van Ypersele. Elle en a édité les résultats scientifiques dans un livre paru chez Waxmann en 2018 : Experience and Memory of the First World War in Belgium. Comparative and Interdisciplinary Insights.