logo
Lancer la vidéo

D’un vide à l’autre Adaptation de la formation aux besoins du marché du travail

ABO Numéro 03 – 2021 emploienseignement supérieurformationvide - par François Fecteau -

La recherche intense de solutions pour combler « le vide » entre formation et emploi par de nombreuses institutions publiques et organisations privées trouve son origine dans le programme néolibéral. Elle s’inspire en particulier des travaux de l’école du capital humain, qui réduit l’individu à un « gestionnaire de son stock de compétences ». Ce faisant, elle devient symptomatique d’une intolérance néolibérale pour l’existence d’espaces de vie sociale qui échappent à l’activité économique.

En janvier 2018, l’entreprise LinkedIn publiait son premier [1] Economic Graph, qui consiste à caractériser le marché de l’emploi afin d’identifier, dans les différentes régions d’Europe, les besoins de main-d’œuvre à combler. Sous l’impulsion de la publication de ce rapport, LinkedIn et la Commission européenne (CE) organisèrent, le 22 mai 2018, une rencontre au Parlement européen. Réunissant des parlementaires européens et nationaux, ainsi que des « parties prenantes », la rencontre avait pour but de réfléchir sur les conditions d’une meilleure...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

François Fecteau


Auteur

Québécois d’origine, François Fecteau a emmenagé à Bruxelles pour y faire un Doctorat en sciences politiques et sociales à l’Université libre de Bruxelles. Ses travaux de recherches portent principalement sur l’institution néolibérale de l’imaginaire dans le champ de l’enseignement supérieur. Au fil de ses recherches, F. Fecteau a mobilisé les méthodes d’analyse critique du discours permettant de rendre compte des transformations longues des représentations du rôle des institutions d’enseignement supérieur dans la société. Depuis mars 2020, il est chercheur postdoctorant à l’UCLouvain (IACS) grâce à la bourse du Fonds de recherche Québec/Société et Culture. Ce projet de recherche vise à éclaircir le rôle des agences européennes d’assurance-qualité dans le régulation du champ de l’enseignement supérieur et leur contribution au rapprochement entre les institutions et les acteurs socioéconomiques.