logo
Lancer la vidéo

Constitution espagnole contre normalisation du catalan

ABO 25 septembre CatalogneLanguecastillancatalan - par Jean-Rémi Carbonneau -

Après une longue période de répression politique et culturelle, la mort de Franco en 1975 a ouvert la porte à la démocratisation de l’Espagne et à la reconnaissance de sa diversité linguistique historique, deux valeurs cardinales qui seront enchâssées dans la Constitution de 1978. Or, force est de constater que l’hégémonie du castillan, acquise sous le franquisme, continue d’être assurée grâce à des mécanismes constitutionnels utilisés par des gouvernements centralistes. Ces mécanismes nuisent considérablement à la promotion du catalan en Espagne.

L’État espagnol a parachevé son unification territoriale au début du XVIIIe siècle avec l’annexion, par la Castille, des différents royaumes appartenant à la Couronne d’Aragon (1162-1715), une union fédérale de royaumes médiévaux dont la Catalogne représentait la composante (politique, économique, démographique) prépondérante et la matrice linguistique. La disparition de cette union, qui comptait également les royaumes d’Aragon, de Valence et de Majorque (incluant l’archipel baléare), fut la conséquence de la Guerre de Succession d’Espagne (1701-1715),...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Jean-Rémi Carbonneau


Auteur

vient de terminer une thèse à l’université du Québec à Montréal portant sur les politiques linguistiques dans les systèmes fédéraux allemand et espagnol. Il est chercheur en politique comparée à l’Institut Sorabe en Saxe et affilié à la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes.