logo
Lancer la vidéo

Comment créer une nouvelle modernité « verte » ?

ABO Numéro 5 - 2015 - par Ulrich Beck -

Le discours sur la politique climatique reste encore trop confiné aux milieux des experts. Ce discours élitiste ignore les intérêts et les opinions des populations et des sociétés civiles. Transformer les politiques de lutte contre le défi climatique requiert l’apport de la sociologie. L’« environnement » est un concept qui alimente l’ignorance des enjeux écologiques. Or, il se trouve au cœur même de la sociologie environnementale. Si par « environnement », on n’entend que quelque chose de non humain et de non social, le concept est sociologiquement vide. Et s’il inclut l’action humaine et la société, il est scientifiquement erroné et politiquement suicidaire. Il nous faut donc nous tourner vers une autre manière de penser la société du risque au niveau mondial en associant davantage de partenaires et en redéfinissant le lien entre la lutte contre les inégalités et celle contre les menaces écologiques. Comment donc créer des politiques climatiques transnationales, à partir d’une solidarité cosmopolitique et du « verdissement » des sociétés ?

Alors que la destruction de l’environnement menace l’espèce humaine, pourquoi ne suscite-t-elle pas une réaction du même ordre que l’assaut de la Bastille ? Pourquoi n’assiste-t-on pas à un Octobre Rouge de l’écologie ? Pourquoi les éléments les plus inquiétants du bilan à tirer de notre époque — changement climatique et crise écologique — n’ont-ils pas été abordés avec un enthousiasme, une énergie, un optimisme, des idéaux et un esprit démocratique tourné vers l’avenir, tout comme furent naguère affrontées des tragédies telles que la pauvreté, la tyrannie et la...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Ulrich Beck


Auteur