logo
Lancer la vidéo

CPAS, un cadre commun pour une action « hors cadre »

ABO Numéro 8 - 2017 action socialeParticipationpratique socialesolidarité - par Valérie Desomer -

Les fondements des missions et des valeurs portées par l’institution publique qu’est le centre public d’action sociale se trouvent aujourd’hui en décalage avec la réalité des terrains. Partant de ce constat, on peut toutefois proposer une grille de lecture pragmatique du travail social par une approche centrée sur le développement du pouvoir d’agir des personnes et des collectivités, pouvant dans une certaine mesure « contourner » ces tensions apparemment insurmontables entre reconfiguration des solidarités publiques et autonomie des personnes.

Au départ de valeurs fortes [1] sous-jacentes à ses missions fondamentales, le CPAS doit être le garant d’un accompagnement social émancipateur : c’est son cœur de métier. Plus que jamais, il se positionne comme acteur subsidiaire d’une sécurité sociale en état d’effritement et pourtant garante de la solidarité publique. La personne accompagnée est actrice de sa vie et devrait occuper une position centrale dans tous ses choix. En tant que tel, le CPAS devrait être amené à répondre à l’ensemble des défis sociétaux vis-à-vis d’un public qui traverse les...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Valérie Desomer


Auteur

conseillère au Centre de formation de la Fédération des CPAS wallons, membre du CSP de l’Aifris, présidente de l’AIDPA