AB3 ou le cheval de trop

Théo Hachez

Assez tranquille au cours des années nonante, le paysage télévisuel de la Communauté française aura été dérangé, en ce début de millénaire, par l’apparition d’AB3. Les deux canaux des deux opérateurs principaux (La Une et La Deux de la R.T.B.F. et, pour R.T.L./T.V.I., Club R.T.L. et sa chaine éponyme) devront désormais compter avec une chaine gratuite à vocation généraliste de plus et, quelques mois plus tard, avec sa jumelle AB4. L’insignifiance culturelle et l’audience modeste recueillie par les nouvelles venues donnent une faible idée de la menace que leur vraie raison d’être fait peser à terme sur l’assise financière des médias de la Communauté française...