Amandine Vandist

étudiante en master de Psychologie du travail, économique et des organisations à l’université libre de Bruxelles