Wallonie-Bruxelles. Après le Lambermont : habiter notre fédéralisme

Donat Carlier

Accélération de l’éclatement de la VU, difficultés au FDF et au CVP et remise en selle médiatique — tout éphémère ? — du PSC : le Lambermont ne restera pas sans effet sur le paysage politique. Mais la première question à poser lors d’une réforme institutionnelle est de savoir si nos droits collectifs et individuels en sortent renforcés. Sur ce plan, la réponse est pour le moins mitigée. Elle est en réalité suspendue à ce que nous ferons de ces accords. Les dernières négociations pourraient enfin offrir la possibilité aux Wallons et aux Bruxellois d’opérer des voix de société qui ne se réduisent pas à un plan social après faillite. Il nous appartient de saisir cette opportunité, autant pour rencontrer les nécessités d’un développement de plus grande ampleur que pour en assurer la maitrise démocratique.