Vers le droit à l’intégration sociale ?

Georges Liénard

La loi sur le droit à l’intégration sociale modifie sensiblement les conditions d’octroi du minimum de moyens d’existence (minimex). L’application concrète de la loi pourra soit être favorable aux bénéficiaires en leur permettant une véritable insertion, soit renforcer le contrôle du C.P.A.S. en renvoyant aux personnes en situation précaire la responsabilité des manques sociaux et collectifs. Pour faire pencher la balance en faveur d’une interprétation positive de la loi, il faut une mobilisation de tous les acteurs concernés (C.P.A.S., tribunaux du travail, syndicats...)