Une société sans notes à l’école

Thomas Michiels

Une société sans notes serait-elle plus épanouissante, plus juste ou plus efficace ? Si l’école privilégie les évaluations formatives et encourage les pratiques coopératives, elle pourrait renoncer à des classifications humiliantes qui sont des outils de sélection précoce. Elle serait porteuse d’un potentiel de transformation, celui d’amener une autre idée du collectif et de la réussite d’une personne.