Une société sans croissance

Emeline De BouverCharlotte Luyckx

Si le dogme de la croissance a à ce point envahi toutes les sphères de la société, c’est en raison de son ancrage anthropologique profond. La modernité s’enracine dans une gestion particulière de la finitude en la niant totalement ; le toujours plus de croissance répond à l’aspiration des individus à l’immortalité. Tout projet de transition vers un modèle de post-croissance doit encourager un travail sur l’imaginaire afin de trouver de nouvelles ressources de sens.