Une sexualité comme une autre...?

Vladimir Martens

Les rapports sexuels entre personnes de même sexe seraient aujourd’hui perçus comme une « sexualité comme une autre ». À leur évocation, la réaction « la plus commune » serait « systématiquement » « tant que c’est entre adultes consentants ». Ces dernières décennies, des avancées substantielles en matière de droits des homosexuels ont eu lieu, en partie favorisées par les conséquences de l’épidémie de sida chez les gays. En parallèle, une mainmise de plus en plus réduite de la médecine sur la question de l’homosexualité peut être observée. Pour autant, les attitudes et comportements homophobes restent nombreux et ont des répercussions sur le psychisme des individus qui ne se conforment pas à la norme hétérosexuelle, comme l’attestent les taux de suicide plus élevés chez ceux-ci. Cette homophobie, régulièrement mise à distance dans certains discours comme l’apanage de contextes culturels moins égalitaires, ne révèle-t-elle pas plutôt un rapport de force, toujours bien à l’œuvre « chez nous », lié à une hiérarchisation des sexualités ?