Une politique migraotire dans l’Union européenne ?

Jean-Yves Carlier

Sans être nécessaire, une politique européenne commune en matière de migrations parait souhaitable dans la mesure où, sans retirer toute compétence aux États, elle assourdirait les voix guidées par le repli nationaliste. Pour sortir de la dichotomie frontières ouvertes-frontières fermées, cette politique européenne pourrait distinguer nettement le droit de voyager — de franchir librement les frontières — de la possibilité de s’installer dans un autre pays. Cette distinction respecte un droit fondamental de l’homme au déplacement et permet la mise en oeuvre progressive d’une véritable politique migratoire.