Une place assise

Théo Hachez

C’est le printemps. En Belgique, les trains se montent dessus comme des chiens. L’aphasie stupéfaite des uns répond aux borborygmes grommelés par les autres : les rails franchissent la frontière linguistique, pas les téléphones. Bilan : huit morts et des photos de première page qu’on oubliera d’autant plus difficilement que la catastrophe apparaissait évitable.