Un évènement entredeux

Marie-Thérèse Coenen

La grève de l’hiver 60 est un moment clé dans notre histoire politique, économique, sociale et culturelle. Elle marque la fin d’un certain monde « industrialisé » et une société où le tertiaire devient dominant mais connait, parallèlement, une certaine prolétarisation. Elle est un passage entre une Belgique unitaire et l’émergence du fait régional. Le vote de la Loi unique, le 13 janvier 1961, marque la fin du conflit. Le leadeur syndical, André Renard, à défaut de réformes de structure qu’il appelle de ses vœux depuis le lendemain de la Seconde Guerre mondiale, opte pour un programme de réformes politiques qui donnerait à la Wallonie, les moyens d’atteindre ses objectifs. L’impact sera durable. La revendication régionale marquera le mouvement syndical et le monde politique, et aboutira à l’évolution institutionnelle du pays. Elle marque aussi un changement dans les relations entre organisations ouvrières et annonce, à terme, les futurs fronts communs syndicaux, le rassemblement des progressistes et autres initiatives pluralistes de la société civile. Cela prendra du temps.