Turquie, un parti au pouvoir (presque) sans opposition

Pierre Vanrie

L’accession, en 2002, et le maintien depuis lors au pouvoir par le biais des urnes, du Parti de la justice et du développement (AKP) est tout doucement en train de changer la nature des rapports entre la population turque et son imposant appareil d’État.