Transit à Zaventem : les zones grises de l’État de droit

Jean-Claude Willame

Pendant près de quatre mois, une dizaine de Congolais (étudiants, « touristes », commerçantes) ont erré dans les bâtiments de l’aéroport de Bruxelles-National, d’abord dans la zone des « inadmissibles » puis, encore plus illégalement, dans la zone de transit dudit aéroport1. Tous étaient détenteurs d’un passeport valable, d’une autorisation provisoire de séjour, d’un visa en bonne et due forme, d’un billet aller-retour et de moyens de subsistance.