Tchernobyl, une menace sans fin

Marc Molitor
Ex-URSS.

Vingt-deux ans après, Tchernobyl n’en finit pas, même si beaucoup préfèrent ne pas en parler. La gestion des conséquences du « Tchernobyl disaster » est indissociable des tensions qu’elle suscite et des bras de fer entre les acteurs. Pour les pays les plus atteints, la Biélorussie et l’Ukraine, Tchernobyl est un dossier de santé publique, énergétique, économique, budgétaire et politique. Sale temps pour les opposants au nucléaire, qui les fait passer pour des alliés objectifs du réchauffement climatique. L’évocation de l’ampleur, en partie dissimulée, des conséquences de Tchernobyl est très politiquement incorrecte. Il s’agit de ne pas compromettre le revival actuel du nucléaire, de ses marchands, de ses savants. Difficile de démêler les fils, de parler de Tchernobyl sans toucher à tout cela.