Social. VW Forest, un conflit atypique

Michel Capron

Atypique, le récent conflit chez Volkswagen à Forest ? Il l’est assurément à plus d’un égard. Tout d’abord, voilà la direction d’une multinationale qui, après avoir manié le bâton d’une lourde restructuration, en allège le poids par après et accorde des primes de départ et des montants de prépension jugés « historiques ». Ce faisant, elle vise manifestement à redorer son image de marque passablement ternie par la brutalité de sa décision initiale. En face, des représentants syndicaux qui, une fois digéré le premier choc, affichent une stratégie pour le moins peu cohérente et dénuée d’un réel dynamisme. Pour sa part, le pouvoir politique se trouve réduit, malgré les apparences, à gérer au mieux les conséquences de la restructuration. En outre, les travailleurs des entreprises sous-traitantes sont apparus longtemps comme les parents pauvres du conflit. Enfin, le travail a repris sans de réelles certitudes quant à l’avenir de VW Forest en 2007.