Séparer pour mieux unir

Jef Turf

La gauche flamande s’est peu préoccupée des revendications flamandes d’autonomie parce qu’elle se focalise sur les questions socioéconomiques. Ce faisant, elle laisse le terrain communautaire à la droite, dont les négociations classiques n’aboutissent pas. Il faut donc proposer une alternative radicale : scinder le pays en deux États associés qui devront mener une politique de coopération.