Refuser d’être une fourmi numérique

Jean-Luc Manise

Connaissez-vous la métaphore de la fourmi numérique ? Le philosophe Bernard Stiegler compare nos SMS sur Twitter, nos publications sur Facebook et nos recherches sur Google à autant de marqueurs chimiques. À l’instar des fourmis utilisant des phéromones pour communiquer et s’organiser, nous laissons sur la toile des traces qui permettent d’observer nos faits et gestes en ligne. Il existe pourtant des alternatives qui, comme le suggère Milad Doueihi dans sa figure de l’humaniste « geek éclairé », nous permettent de produire, partager et transmettre le savoir dans le respect des libertés (numériques) et de la vie privée. C’est le propos du libre, les logiciels et la culture libres.