Réformes : blocages, continuités et ruptures

Boris Najman
Ex-URSS.

En dépit de l’indépendance, les réformes sociales et économiques ont été difficiles à mettre en oeuvre en raison des pesanteurs héritées du système soviétique, de l’importance du secteur informel, des lobbys et de l’absence d’un État de droit et d’un pouvoir judiciaire indépendant. Si les blocages sont internes, l’Union européenne porte également une part de responsabilité en ne fixant pas de date d’échéance pour l’intégration dans l’Union et en n’investissant pas dans les institutions d’un État de droit.