Presse. Hier Matin

Jos Schoonbroodt

Pour expliquer la triste fin du Matin, avant de mettre en cause la pertinence du sang neuf qu’il prétendait apporter au petit monde des quotidiens francophones, il faut d’abord invoquer certains mécanismes de marché qui lui ont été fatals. Sa perte était-elle donc prévisible ? Alors, tant pis pour lui, mais surtout, tant pis pour nous et pour notre prétention à une presse démocratique.