Pour une éthique positive

Luc Van Campenhoudt

La position de Gérard Fourez qui consiste à construire l’éthique à partir de la souffrance de l’autre vise à éviter le mal plutôt qu’à rechercher le bien. Ne faut-il pas plutôt la fonder positivement ? Si l’homophobie doit être combattue, c’est au nom de la liberté et de la possibilité de chacun de vivre harmonieusement ses relations affectives et sexuelles.