Pour l’amour du sport

Luc Van Campenhoudt

Au lendemain des jeux Olympiques et des exploits in extremis de Tia et de la bande à Kim, une vague déferlante d’exaltation du sport a submergé antennes et journaux, directement accompagnée d’une dénonciation de l’inertie coupable de la Belgique, et singulièrement, de la Communauté française, en ce domaine. Hommes politiques, entraîneurs, responsables de fédérations, journalistes sportifs, universitaires, simples citoyens censés représenter l’opinion publique, sportifs eux-mêmes parlent grosso modo à l’unisson, produisant à propos du sport un discours légitime et cohérent, qui peut être résumé en quatre points.[...]