Parcours d’élèves. Sont-ils heureux dans l’enseignement secondaire ?

François Ska

Nombreux sont les enfants qui ne sont pas heureux à l’école, mais qui pourraient très bien l’être, qui perdent leur temps dans des classes ou des options qui ne leur conviennent pas. Ce gâchis qui laissera des traces sur leur scolarité et leur vie même pourrait être évité si la législation était moins contraignante, et si le législateur faisait plus confiance aux équipes d’enseignants, aux membres des équipes PMS (centre psycho-médico-social) et aux directions d’écoles, pour accompagner chaque élève dans le parcours qui lui convient.