Mise à SAC

Anathème • le 1er octobre 2013

Sur son scooter aux couleurs de la Ville, il est en maraude. Discret au cœur de la ville, se fondant dans l’incessante circulation, masqué par la visière de son casque, il louvoie avec aisance, l’œil aux aguets. Rien n’échappe à son regard. Il la connaît comme sa poche, cette portion du territoire sur laquelle il a juré de respecter les lois et la constitution du peuple belge… et de faire régner l’ordre administratif communal.

Avant, il n’était rien, maintenant, quand on le reconnaît, il inspire un mélange de crainte et d’admiration, d’espoir et de terreur. Car bien malin celui qui pourrait assurer qu’il est blanc comme neige. Le Règlement communal est le produit du travail d’innombrables collèges communaux aux majorités bariolées, où siégèrent des générations d’incapables et de paresseux ; il est un fouillis invraisemblable. Mais nul n’en connaît les méandres comme le Fonctionnaire sanctionnateur Dredd, lequel aime à proclamer, sentencieux : « Tu sais peut-être pas savoir ce tu peux faire ou pas, ça ne fait rien. Tu me laisses faire, je suis le Règlement communal ».

Dans une ville en proie à l’anarchie, après l’effondrement du système judiciaire, il fallut bien que des hommes courageux et droits prennent le destin collectif en main. Le Fonctionnaire sanctionnateur Dredd est un de ceux-là, le Règlement est sa Bible, son carnet est son six coups.

Mais voilà que, soudain, le regard de Jef Dredd accroche quelque chose sur le trottoir. Entre deux voitures garées, il a subrepticement repéré un obstacle anormal. Tel le vautour décrivant des cercles au-dessus de l’objet inanimé qu’il a repéré au sol, il fait effectuer une orbe gracieuse à son scooter. Pas de doute, un citoyen malhonnête a bel et bien placé une jardinière sur le trottoir. Cet obstacle sur le passage des piétons est formellement prohibé par le Règlement.

Coupant le bruyant monocylindre de sa monture, Fonctionnaire sanctionnateur Dredd relève la visière de son casque et déploie la béquille. La démarche pesante, le visage serein comme chaque fois qu’il s’apprête à rendre justice, il appuie avec insistance sur la sonnette de la maison devant laquelle trône le pot de fleurs illégal.

« - Fonctionnaire sanctionnateur Dredd, c’est vous qu’avez mis ce truc sur le trottoir au mépris du Règlement communal ?

- Oui, Monsieur, c’est pour faire joli, répond la vieille dame sur le ton le plus aimable

- C’est prohibé, Madame.

- Je ne savais pas. Prohibé par qui ?

- Par moi, Madame, je suis le Règlement communal. Recevrez une invitation à payer une sanction administrative communale.

- Mais… »

Le Fonctionnaire sanctionnateur Dredd a déjà rabaissé sa visière fumée, le cœur empli de la fierté du devoir accompli, il peut reprendre sa déambulation, conscient d’avoir œuvré à la restauration du lien social, au respect de l’ordre et, surtout, à la bonne santé des finances communales [1].

[1Basé sur des faits réels http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130827_00351778, d’après le film Judge Dredd, de Danny Cannon.