Médias. Bientôt les chaînes tomberont

Théo Hachez

Depuis la fin du monopole public et l’introduction de la publicité
commerciale à la télévision, les ressources de ce nouveau marché
ont été protégées au bénéfice des opérateurs locaux (R.T.L./T.V.I.,
puis la R.T.B.F.). Moyennant quoi, la Communauté française peut
prétendre à un paysage audiovisuel civilisé soucieux de pluralisme
et à l’abri de certaines dérives. Mais cet équilibre est aujourd’hui
remis en cause, ce que traduit le récent remue-ménage dans la
direction des chaînes de télé. L’agréation d’une troisième chaîne
(A83), mais surtout le comportement du parti socialiste n’y sont
pas pour rien.