Les maisons de détention vont-elles supplanter les prisons du XIXe siècle ?

Hervé Louveaux

Quand la détention s’impose, elle devrait avoir lieu dans des structures de petite taille, où la priorité serait donnée à la resocialisation de l’individu. Telle est la pierre angulaire d’une politique pénitentiaire mettant l’humain au cœur de ses objectifs et de ses moyens d’action, avec pour défi l’efficacité : couplée à la planification de la détention, qui vise à réintégrer le condamné et à préparer sa sortie, la création de lieux de détention à petite échelle devrait restreindre la récidive, ce qui constitue l’objectif numéro 1 de la politique pénale. Tel est le programme de l’association « De Huizen-Les Maisons », dont l’un des principaux animateurs, Hans Claus, est directeur de prison.