Les femmes et le droit

Marie-Thérèse Cuvelliez
féminisme.

Lorsque l’homme de la rue parle du droit ou de la justice, la plupart du temps on entend à sa voix qu’il s’agit de mots sacrés, écrits en majuscules. Le monde du droit et de la justice le conforte d’ailleurs avec complaisance dans cette attitude qui apporte aux juristes, où qu’ils exercent leur activité, pouvoir er bonne conscience.

Lorsque la femme de la rue parle du droit ou de la justice, c’est pire encore : les mots sont dits en majuscules grasses. Les ravages de l’idéalisme sont terrifiants.