Le traitement pénal des crimes du passé : au-delà de la rétribution

Jean-Philippe Kot

Le développement de la réflexion sur les droits de l’homme a modifié l’appréhension même du phénomène criminel : dans les discours, l’intérêt objectif de la société à poursuivre l’auteur du crime est désormais de plus en plus confondu avec l’intérêt subjectif de la victime à obtenir justice, vérité et réparation. Cette nouvelle approche, plus individualisée et centrée sur la victime, justifie la lutte contre l’impunité par des préoccupations éthiques et le besoin de « guérir » des sentiments ; le droit devient outil incontournable de justice transitionnelle, outre ses fonctions propres.