Le populisme italien : de Giulio Andreotti à Beppe Grillo

Giuseppe Santoliquido

Si l’on s’en tient à l’Italie républicaine, tous les leadeurs ou presque des partis traditionnels ont été qualifiés, à un moment donné de leur trajectoire, de populistes. À chaque fois, l’intention fut la même : démontrer que l’adversaire entretient avec le peuple un rapport biaisé, fait de rouerie et de tromperie. Mais au cours des plus de soixante années d’histoire républicaine, de Giulio Andreotti à Silvio Berlusconi, en passant par Francesco Cossiga, la notion de populisme a recouvert des acceptions radicalement différentes.