Le plan Marshall dans la ligne des contrats d’avenir

Michel Capron

Lancé le 11 juin 2005 par le président Di Rupo, le mal-nommé Plan Marshall pour la Wallonie a fait depuis lors l’objet de multiples commentaires, gloses, et exégèses à l’occasion de sa présentation médiatisée par le gouvernement wallon le 30 aout à Namur. S’agirait-il de la « potion magique » susceptible d’engendrer le « réveil » wallon - comme d’aucuns l’ont prétendu - pour amener notre Région vers des lendemains qui chantent ? Ne faut-il pas, au contraire, constater que ce plan se situe, dans son contenu, dans la ligne des Contrats d’avenir, qui se sont succédé depuis 1999, tout en les affinant pour les rendre opérationnels par le recentrage des objectifs, l’affectation de moyens budgétaires et l’identification des sources de financement ? Continuité et opérationnalisation ne peuvent toutefois faire l’économie de plusieurs questions cruciales pour la réussite du plan.