Le miroir de la santé mentale

Dans un appel largement diffusé au cours des derniers mois, on apprend que toutes les catégories confondues, des professions "ont créé un Collectif de défense du 9e secteur de pédopsychiatrie de Lyon". C’est, en juillet 2001, la nomination d’un nouveau chef de service au centre hospitalier de la ville qui a mis le feu aux poudres. Aux yeux des protestataires, cette décision a "traduit la volonté d’instaurer un projet fondé sur une orientation neurobiologique au service d’une perspective médico-économique" qui remet en cause les "soins psychothérapeutiques à l’hôpital public au profit des pratiques cognitivo-comportementales et neurobiologiques". Ce personnel "ne veut pas voir sa pratique instrumentalisée". Il s’agit de maintenir la "dimension relationnelle" dans les pratiques de soins, de préserver "la prédominance de l’écoute sur le regard (et non l’inverse comme dans l’observation)", le respect de la "singularité de l’enfant" et l’"acceuil de la parole et des agirs comme porteurs de sens", bref d’"être au chevet du malade avant d’être au chevet du budget". En conséquence, le Collectif demande à tous soutien, participation, adhésion et annonce des actions collectives.