Le conseil européen au lendemain de Lampedusa « Bonjour tristesse »

Yves Pascouau

Au lendemain de la tragédie de Lampedusa l’émotion politique était à son comble. Le président de la Commission européenne avouait à Lampedusa qu’il n’oublierait jamais cette image de centaines de cercueils et soulignait que l’UE ne pouvait accepter que des centaines de milliers de personnes meurent à ses frontières. Le président du Conseil italien annonçait l’organisation de funérailles nationales.