Le Québec en 1960. Une révolution pas si tranquille que ça

Pierre Ansay

L’expression « quiet revolution » parait en 1960 sous la plume d’un journaliste du Globe and Mail, le grand journal de Toronto. Les changements de structures, durables, rapides et radicaux que le Québec allait connaitre, dans la décennie qui suit, recevaient ainsi leur nom de baptême d’un journaliste anglophone. Et les intellectuels et journalistes francophones vont reprendre à leur compte ce vocable général à extension souple et à géométrie variable.