Langue de bois, citoyens et postdémocratie

Émilie JacquyNathalie Schiffino

« Pour comprendre une activité humaine complexe, il faut connaitre la langue et l’approche des individus qui poursuivent cette activité. » Quoi de plus complexe que le fonctionnement actuel de notre postdémocratie où citoyens et mandataires politiques semblent parler des langues différentes ? Comment peuvent-ils s’entendre lorsque les premiers dénoncent la langue de bois des seconds ? Cette langue de bois ne serait-elle qu’une expression de sens courant ? À travers un groupe de discussion de citoyens et l’analyse des discours d’un Premier ministre, nous montrons que la langue de bois, que la science politique n’a pas conceptualisée, nous en apprend beaucoup sur ce que les citoyens savent des hommes et femmes politiques.