La tentation de faire une croix sur le passé

Jean-Émile CharlierFrédéric Moens

Quel que soit le destin qui lui sera réservé ces prochains mois et les modifications qui lui seront apportées, la note Marcourt va contribuer à redessiner le paysage de l’enseignement supérieur de la Belgique francophone. Elle a mis la question de la restructuration de ce niveau d’enseignement à l’agenda, et il est peu plausible qu’elle en soit retirée rapidement. Elle a posé des balises dont il sera impossible de ne pas tenir compte. Certaines d’entre elles seront sans doute dépassées ou contournées, voire totalement effacées, mais ce sera au prix de négociations qui pourraient s’avérer difficiles. D’autres seront maintenues, mais ce sera ici aussi au terme d’un processus politique complexe. Par ailleurs, l’examen de cette note et des réactions qu’elle suscite est l’occasion d’une réflexion sur les modes contemporains de gestion de la chose publique.