La santé mentale au-delà de l’aliénation

Jean De Munck
Social.

L’histoire de la santé mentale moderne est souterrainement liée à
l’histoire des idéaux de la subjectivité libre dans nos sociétés
modernes. Il est possible de repérer ces transformations à travers
les mutations de deux figures de la liberté particulièrement importantes
depuis deux siècles : la figure du travailleur et celle de l’artiste.
L’apparition de la figure du travailleur flexible et la promotion
d’une esthétique de l’intensité marquent des déplacements
significatifs dans les modèles normatifs de la subjectivité. Elles
témoignent de l’effacement progressif de la notion d’aliénation qui
fut structurante non seulement de la psychiatrie moderne, mais
aussi de tout un discours émancipatoire. Une nouvelle figure du
sujet émerge : elle s’axe sur la problématique de la construction
libre de soi, dans la rencontre et dans la contingence d’un monde
irréductiblement pluriel.