La règle d’or, et la souveraineté cauchemarde

Mathias El BerhoumiLionel Van Leeuw

Parmi les mesures proposées par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel pour résoudre la crise de la zone euro, la « règle d’or » consiste à inscrire dans les Constitutions un objectif d’équilibre budgétaire. Or cette mesure, présentée comme une mesure d’élémentaire bon sens, aura des conséquences politiques et économiques : la défense de l’équilibre budgétaire primera sur les choix politiques. Le Parlement, contraint de limiter ses objectifs politiques à ce que permettent les rentrées immédiates, privera le pouvoir politique d’un levier d’action vital, faisant ainsi peser les conséquences de cette contrainte sur la population. De plus, le contrôle financier du gouvernement ressortit à la mission du Parlement : le budget n’est pas une simple opération comptable, mais un acte politique et démocratique. La règle d’or offre ainsi une assise constitutionnelle aux dogmes néolibéraux.