La racaille dérape et la caillera rappe

Théo Hachez

Suffit-il que le ministre de l’Intérieur prononce le mot racaille pour entrainer à sa suite une contagion émeutière ? Les éléments de vraisemblance d’un tel récit ne manquent pas. Et son examen mérite d’être entrepris tant il fait découvrir, à partir de la position culturelle des banlieues et de leur langage, un autre paysage français.