La presse française, révélateur improbable de la question belge

Pascal Fenaux

Longtemps, les médias, analystes et simples observateurs français ont considéré avec un dédain difficilement feint les soubresauts de l’État belge. Au mieux, la Belgique apparaissait comme un joyeux pays breughélien et - adjectif usé jusqu’à la corde - surréaliste. Au pire, notre pays relevait tout simplement d’une réelle incongruité politique et historique. Depuis une petite année, les choses sont en train de changer et les Français nous regardent « enfin ». Non sans myopie, ni même sans conséquence sur la façon dont les Belges francophones se perçoivent ou tentent de guider le débat français.