La génération paradoxale

Olivier Servais

Une enquête récente montre que, pour les jeunes, le monde change radicalement et que les équilibres sociaux hérités sont symboliquement mis à mal. Ils se sentent vivre dans un système sans perspectives claires, bouché, mais ce constat ne leur est pas propre, il est le miroir et l’amplificateur des questions à la fois intimes et de société auxquelles nous sommes tous confrontés. Leur image de l’avenir oscille entre deux perspectives paradoxales, un pessimisme global et une vision individuelle optimiste. Mais lorsqu’ils imaginent l’avenir, la sphère publique a pratiquement disparu, phagocytée par la sphère privée, réduite au relationnel de proximité. Le dispositif d’un service citoyen, d’abord volontaire, à terme généralisé, paraît une des pistes indispensables pour maintenir une ambition sociétale à nos aspirations collectives.