La gauche, le "pilier" non marchand et le capitalisme

Pierre Ansay

Crier au loup en accusant le capitalisme de tous les maux et lui opposer le secteur non marchand que l’on pare de toutes les vertus revient à nier nos propres incohérences : la consommation nous convient au fond très bien. Pris ensemble, marché et non-marchand résolvent la question du collectif, s’enchevêtrant pour forger notre culture.