La défense comme moteur d’une nouvelle identité ?

Jean-Claude Willame

Matière déjà marginalisée dans les institutions européennes, la gestion du développement des pays les plus pauvres risque de se voir davantage subordonnée aux impératifs de défense si l’on suit la note Solana. De plus, elle fait sienne la représentation du monde des États-Unis et de la Grande-Bretagne. Enfin, la politique de défense relève des prérogatives du Conseil au détriment du Parlement. Quant à la politique belge, ses revirements tentent de lui faire retrouver une crédibilité perdue. Au total, la constitution d’une identité européenne n’est-elle pas freinée par des questions de tuyauterie institutionnelle ?