L’euroscepticisme croissant des Balkans occidentaux

Roberto Belloni

Au cours des deux dernières décennies, la perception majoritaire parmi les citoyens des Balkans occidentaux [1] quant aux avantages d’un rapprochement progressif de l’Union européenne a fortement contribué à soutenir la difficile transition postsocialiste et d’après-guerre. Depuis le début de la crise économique et financière mondiale en 2008, cette perception a cependant progressivement évolué, laissant place à un euroscepticisme croissant et de plus en plus répandu.