L’énergie nucléaire, la démocratie et le pouvoir

Luc Barbé

En octobre, le gouvernement fédéral a décidé de prolonger de dix ans la durée de vie des trois centrales nucléaires les plus anciennes. Cette décision a été précédée et suivie par un débat court, mais par moments intense au sujet de l’énergie nucléaire, et plus généralement, de la politique énergétique. Suez-Gaz de France (société mère d’Electrabel) a mis sur la table des compensations pour la prolongation tellement peu significatives que cela a fait beaucoup de bruit. Même les partisans de l’énergie nucléaire ont émis des regrets par rapport à l’accord. La plupart des journalistes ont réagi de façon critique, voire très critique à la décision du gouvernement.