L’arc-en-ciel sur la scène internationale : retour du réalisme politique

Christophe Degryse

Si l’agenda de la présidence belge de l’Union européenne a bien évidemment été bouleversé par les attentats du 11 septembre, pour autant, ils ne justifient pas les incohérences. Ici, comme dans les autres domaines, un bilan global est difficile à tirer. Au-delà de la « fierté retrouvée d’être Belge », c’est surtout l’incohérence qu’il convient de relever, chaque ministre faisant cavalier seul pour faire avancer « ses » sujets.